Les Sensibilisations

Sensibilisation au profit du SMITer de Versailles


Au programme de cette demi-journée ; tennis de table, escrime, parcours fauteuil et à l’aveugle, sarbacane et ergocycle à bras. Le colonel David PROUVOST et les personnels présents se sont prêtés  volontiers à cette séance de découverte du milieu handisport. C’est toujours avec une certaine appréhension, après avoir été mis en situation d’hémiplégie, qu’il faut s’ approprier ces mouvements et trouver ses repères dans l’espace lors d’échanges en tennis de table. De même en escrime où il ne faut faire qu’un avec le fauteuil dans lequel on est assis et qui permet de s’exprimer en utilisant le langage des armes en y associant coordination des mouvements et rapidité de l’esprit. Les parcours fauteuil et à l’aveugle ont permis aux participants de se rendre compte de la difficulté de se déplacer dans un        environnement où l’accessibilité n’a pas été prévue et où un simple obstacle peut s’avérer devenir une montagne. La séance a été clôturée par l’échange traditionnel de cadeaux. Cette visite était l’occasion pour notre Directeur de revoir les personnels du SMITer avec lesquels il travaillait il y a un an encore...

 

 

Sensibilisation au profit d’une classe de 3ème du Collège d’Artagnan de NOGARO.

 

Dans le cadre d’une convention signée avec le Musée de l’Armée, soixante élèves d’une classe de 3ème du collège d’Artagnan de Nogaro (Gers) étaient présents sur le site de l’Hôtel National des Invalides, les 4 et 5 octobre. Répartis en trois groupes de vingt élèves, ils ont visité les musées de l’Armée et de l’Ordre de la Libération et ont touché le monde du handicap à travers une sensibilisation organisée par le CSINI. Cinq ateliers étaient proposés; escrime fauteuil, tennis de table, tir à la carabine laser non–voyant, parcours fauteuil et ergocycle à bras. Après une présentation du CSINI par le Directeur, les élèves étaient placés par groupe de quatre sur les cinq ateliers. Mis en situation de handicap (moteur ou sensoriel), ils ont pu mesurer l’importance des mots autonomie, accessibilité et les difficultés que peut rencontrer une personne en fauteuil ou un non-voyant pour se déplacer dans la vie de tous les jours. L’ergocycle à bras était le seul atelier avec une notion de compétition. En effet, les quinze groupes se sont confrontés en ayant chacun vingt cinq minutes pour effectuer la plus grande distance en utilisant leurs seuls bras. Bravo à l’équipe composée de Kévin T, Lucas L, Juliette A et Lou B, qui a parcouru la
distance de 22 km 600. Une expérience marquante pour les élèves qui, désormais, auront certainement un regard différent sur le handicap.